archive-ca.com » CA » V » VIRTUALHISTORIAN.CA

Total: 484

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • The Virtual Historian
    les membres Leçons partagées L historien virtuel La bataille des Plaines d Abraham 1759 leçon simple Retour Légende Perspective 2 Transcription Zoom de la carte sur la position des troupes anglaises gauche et françaises droite sur les plaines d Abraham

    Original URL path: http://www.virtualhistorian.ca/fr/large-pages/map/1204/page/1 (2014-10-09)
    Open archived version from archive


  • The Virtual Historian
    publiques Leçons pour les membres Leçons partagées L historien virtuel La bataille des Plaines d Abraham 1759 leçon simple Retour Légende Perspective 3 Transcription Zoom de la carte sur les positions du vice amiral Holmes la pointe Lévis et la

    Original URL path: http://www.virtualhistorian.ca/fr/large-pages/map/1204/page/2 (2014-10-09)
    Open archived version from archive

  • The Virtual Historian
    Blogue Leçons publiques Leçons pour les membres Leçons partagées L historien virtuel La bataille des Plaines d Abraham 1759 leçon simple Retour Légende Perspective 4 Transcription Zoom de la carte des positions françaises sur les battures de Beauport et du

    Original URL path: http://www.virtualhistorian.ca/fr/large-pages/map/1204/page/3 (2014-10-09)
    Open archived version from archive



  • The Virtual Historian
    navire de guerre n y soit construit ou armé Son Altesse Royale accepte en outre que si l une des deux parties venait à désirer l annulation de la présente convention et donnait un avis à cet effet à l autre partie la présente cesserait d être contraignante après l expiration d un délai de six mois à compter de la date d un tel avis Son Altesse Royale le prince régent a donné pour instruction au soussigné d aviser le gouvernement américain que Son Altesse Royale a donné aux officiers de Sa Majesté naviguant sur les lacs des ordres stipulant que la force navale ne sera limitée qu en ce qui concerne les services qui n entraveront d aucune manière les fonctions régulières des navires armés de l autre partie Le soussigné à l honneur de renouveler à M Rush les assurances de sa plus haute considération CHALES BAGOT Du secrétaire d État des États Unis au ministre de Sa Majesté à Washington Département d État 29 avril 1817 Le soussigné secrétaire d État par intérim a l honneur d accuser réception de la note de M Bagot en date du 28e jour de ce mois l informant qu ayant saisi le gouvernement de Sa Majesté britannique de la correspondance échangée l an dernier entre le secrétaire d État et lui même au sujet d une proposition visant à réduire la force navale des deux pays naviguant sur les lacs américains Son Altesse Royale le prince régent lui a donné pour instruction d informer le gouvernement américain que Son Altesse Royale était disposée à accéder à la proposition faite par le secrétaire d État dans sa note du 2 août dernier Le soussigné a l honneur d exprimer à M Bagot la satisfaction avec laquelle le président a appris

    Original URL path: http://www.virtualhistorian.ca/fr/large-pages/book/1088 (2014-10-09)
    Open archived version from archive

  • The Virtual Historian
    navire de guerre n y soit construit ou armé Son Altesse Royale accepte en outre que si l une des deux parties venait à désirer l annulation de la présente convention et donnait un avis à cet effet à l autre partie la présente cesserait d être contraignante après l expiration d un délai de six mois à compter de la date d un tel avis Son Altesse Royale le prince régent a donné pour instruction au soussigné d aviser le gouvernement américain que Son Altesse Royale a donné aux officiers de Sa Majesté naviguant sur les lacs des ordres stipulant que la force navale ne sera limitée qu en ce qui concerne les services qui n entraveront d aucune manière les fonctions régulières des navires armés de l autre partie Le soussigné à l honneur de renouveler à M Rush les assurances de sa plus haute considération CHALES BAGOT Du secrétaire d État des États Unis au ministre de Sa Majesté à Washington Département d État 29 avril 1817 Le soussigné secrétaire d État par intérim a l honneur d accuser réception de la note de M Bagot en date du 28e jour de ce mois l informant qu ayant saisi le gouvernement de Sa Majesté britannique de la correspondance échangée l an dernier entre le secrétaire d État et lui même au sujet d une proposition visant à réduire la force navale des deux pays naviguant sur les lacs américains Son Altesse Royale le prince régent lui a donné pour instruction d informer le gouvernement américain que Son Altesse Royale était disposée à accéder à la proposition faite par le secrétaire d État dans sa note du 2 août dernier Le soussigné a l honneur d exprimer à M Bagot la satisfaction avec laquelle le président a appris

    Original URL path: http://www.virtualhistorian.ca/fr/large-pages/book/1088/page/1 (2014-10-09)
    Open archived version from archive

  • The Virtual Historian
    navire de guerre n y soit construit ou armé Son Altesse Royale accepte en outre que si l une des deux parties venait à désirer l annulation de la présente convention et donnait un avis à cet effet à l autre partie la présente cesserait d être contraignante après l expiration d un délai de six mois à compter de la date d un tel avis Son Altesse Royale le prince régent a donné pour instruction au soussigné d aviser le gouvernement américain que Son Altesse Royale a donné aux officiers de Sa Majesté naviguant sur les lacs des ordres stipulant que la force navale ne sera limitée qu en ce qui concerne les services qui n entraveront d aucune manière les fonctions régulières des navires armés de l autre partie Le soussigné à l honneur de renouveler à M Rush les assurances de sa plus haute considération CHALES BAGOT Du secrétaire d État des États Unis au ministre de Sa Majesté à Washington Département d État 29 avril 1817 Le soussigné secrétaire d État par intérim a l honneur d accuser réception de la note de M Bagot en date du 28e jour de ce mois l informant qu ayant saisi le gouvernement de Sa Majesté britannique de la correspondance échangée l an dernier entre le secrétaire d État et lui même au sujet d une proposition visant à réduire la force navale des deux pays naviguant sur les lacs américains Son Altesse Royale le prince régent lui a donné pour instruction d informer le gouvernement américain que Son Altesse Royale était disposée à accéder à la proposition faite par le secrétaire d État dans sa note du 2 août dernier Le soussigné a l honneur d exprimer à M Bagot la satisfaction avec laquelle le président a appris

    Original URL path: http://www.virtualhistorian.ca/fr/large-pages/book/1088/page/2 (2014-10-09)
    Open archived version from archive

  • The Virtual Historian
    afin de mieux surveiller les frontières et répondre à de possibles attentats terroristes en provenance du Canada C est dans cette optique que nous croyons nécessaire d armer la GCÉU d armes automatiques M 60 de calibre 50 pour les missions de surveillance dans les eaux territoriales américaines des Grands Lacs afin de protéger les ports et le commerce maritime de possible attaques terroristes Ainsi le gouvernement des États Unis tient à rassurer le gouvernement canadien que ces embarcations armées n auront pas juridiction en eaux territoriales canadiennes De plus les embarcations de la CGÉU en mission de surveillance des activités de pêche n auront pas d armes lorsqu ils navigueront en eaux canadiennes de manière à respecter nos accords Enfin toute embarcation armée de la GCÉU devra démanteler et entreposer ses armes lorsqu elle navigue en eaux territoriales canadiennes ou dans un port canadien L Accord Rush Bagot de 1817 avait pout but de limiter les forces navales sur les Grands Lacs afin réduire les tensions armées entre les deux pays suite à la guerre de 1812 Cet accord a donné naissance à un esprit de coopération entre le Canada et les États Unis et est maintenant un gage d entente mutuelle de défense et de sécurité entre les deux pays Les deux gouvernements ont convenu au cours des années que l Accord et les termes de cet accord sont difficilement applicables de nos jours Toutefois les deux gouvernements accorde une importance particulière au but de l Accord et croit en son esprit de coopération et à son utilisation pour négocier toute entente concernant les forces navales sur les Grands Lacs Les embarcations de la CGÉU qui seront équipées d armes sont des navires de surveillance territoriale sous le contrôle du Département de la Sécurité intérieure et non de

    Original URL path: http://www.virtualhistorian.ca/fr/large-pages/book/1089 (2014-10-09)
    Open archived version from archive

  • The Virtual Historian
    en vigueur le 28 avril 1817 Accord Rush Bagot n interdit pas l utilisation d armes automatiques M 60 et ou calibre 50 par la Garde côtière des États Unis GCÉU dans les eaux territoriales américaines des Grands Lacs Nous sommes en accord avec la conclusion du conseiller légal de la GCÉU qui appuie les déclarations antérieures des États Unis sur l étendue de l Accord Rush Bagot Cet accord n empêcherait pas la Garde côtière de déployer des embarcations avec des armes automatiques M 60 et ou calibre 50 dans les eaux territoriales américaines des Grands Lacs Toutefois il n est pas certain que le Canada soutienne cette interprétation de l Accord Rush Bagot pour les embarcations de surveillance Nous notons que les deux pays ont toujours toléré certaines déviations de l accord en fonction des développements contemporains Dans ces cas cependant de telles déviations ont été largement documentées par des échanges de notes diplomatiques et de lettres de consultation qui ont démontré l ouverture des deux pays à préserver l esprit de l accord Nous comprenons très bien la situation actuelle ainsi que les raisons qui motivent le déploiement d embarcations armées de la GCÉU et nous appuyons les efforts de la CGÉU afin de préserver la sécurité maritime de notre frontière nord Bien que nous ne croyons pas que l approbation du Canada soit nécessaire selon les termes de l accord notre position est que a suite aux consultations antérieures quant à l application de l accord b la nécessité de préserver un climat de transparence et de consultation et enfin c les intérêts diplomatiques du Canada et des États Unis et l esprit de l accord nous croyons que les États Unis ne devraient pas armer les embarcations de la Garde côtière opérant dans nos eaux

    Original URL path: http://www.virtualhistorian.ca/fr/large-pages/book/1090 (2014-10-09)
    Open archived version from archive